Connectez-vous S'inscrire
Ehpadia, le mag Ehpadia, le mag
Ehpadia, un magazine, un site web et une webTV pour tout savoir sur l'actualité des EHPAD et Maisons de Retraite
Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD


Magazine

Ehpadia n°27 - Avril 2022


Publié le Jeudi 21 Avril 2022 à 15:28


Chères lectrices, chers lecteurs,
 
Drôle d’anniversaire pour les EHPAD.
 
Il y a vingt ans, l’adoption de la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, constituait le cadre du changement de statut des maisons de retraite médicalisées. Deux décennies plus tard, force est de constater que le modèle auquel nous consacrons une nouvelle fois notre une n’est pas à la fête.
 
Malgré une clarification de l’organisation des soins, une modernisation des établissements et le développement des droits des résidents, l’évolution du profil de ces derniers et le manque chronique de moyens, en premier lieu humains, auront eu raison de l’élan de départ.
 
Le constat est sans appel : même s’il est un maillon indispensable de l’accompagnement du grand âge, l’EHPAD ne peut demeurer ce qu’il est aujourd’hui. Tous nos interlocuteurs s’accordent à le dire.
 
Certes, ce n’est pas un fait nouveau. Pour autant, ni les alertes incessantes des professionnels du secteur, ni même le séisme médiatique provoqué par le « scandale Orpea », n’auront pour le moment suffi à inciter les pouvoirs publics à apporter une réponse à la hauteur des besoins identifiés, mais surtout de l’enjeu que représente la « vague grise », ce boom démographique, à venir.
 
Car au-delà de la seule question des EHPAD, c’est bien de l’urgence à donner corps à une véritable société de la longévité dont il s’agit. Et comme le soulignaient 14 fédérations associatives, dans une tribune appelant les candidats à s'engager pour une réforme du grand âge dès les cent premiers jours du futur gouvernement, publiée le 9 avril dernier dans le Journal du Dimanche : « oui, cet accompagnement que nous voulons solidaire et qui suppose une augmentation décisive des moyens humains consacrés au grand âge aura un coût pour la collectivité. Mais ce coût sera bien moins grand que celui de l’immobilisme, qui entraînerait des dépenses subies considérables, liées à la multiplication des pathologies chroniques et des pertes de chance ».
 
Bonne lecture !
 
Adedom, ADMR, AD-PA, Fedesap, Fehap, FESP, FHF, Fnaap/CSF, Fnadepa, Fnaqpa, FNMF, Synerpa, UNA, Uniopss









L'édition d'avril 2022


Les articles les plus lus du mois





ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !