Connectez-vous S'inscrire
Actu et Management

La loi Grand Âge reste « une priorité pour ce quinquennat »


Rédigé le Lundi 25 Janvier 2021 à 09:40

Invitée le 20 janvier dernier au colloque de la FNADEPA*, la ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon a assuré sa volonté d’engager la loi Grand Âge après la crise. Malgré les demandes des acteurs du secteur, cette dernière ne devrait donc pas voir le jour avant plusieurs mois.


Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l’Autonomie. © Capture d'écran
Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l’Autonomie. © Capture d'écran
Introduisant le 13ème colloque national de la FNADEPA*, la ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon a exprimé son « plus profond soutien » aux professionnels du secteur pleinement touchés par la crise sanitaire. Devant l’apparition de nouveaux variants du Covid-19, la ministre a d’ailleurs indiqué la possibilité de « nouvelles instructions en EHPAD », pour y faire face. « Protéger sans isoler », tel était le mot d’ordre de Brigitte Bourguignon qui semble ainsi écarter l’idée d’un confinement comparable à celui du printemps dernier. « Rien ne sera plus comme avant », a déclaré la ministre avant d’ajouter que « par sa brutalité », la crise a montré la « nécessité de changer de modèle ». 

La loi Grand Âge de nouveau repoussée

Ce changement, nombre d’acteurs du secteur l’appellent depuis plusieurs années via, notamment, la création d’une loi Grand Âge. Prévue, après déjà plusieurs reports, pour ce début d’année, elle a été une fois de plus repoussée en raison de la crise sanitaire. Ce projet de loi reste tout de même « une priorité pour ce quinquennat », a tenu à rassurer Brigitte Bourguignon. « En décembre 2019, Agnès Buzin, alors ministre de la Santé et des Solidarités, avait annoncé que la loi Grand Âge serait une priorité pour 2020 », a quant à lui rappelé Jean-Pierre Riso, président de la FNADEPA dans son discours. Si, au vu de la situation, beaucoup comprennent ce nouveau report, le président de la FNADEPA a insisté sur la nécessité d’une telle loi, véritable « socle » des politiques vieillesse des prochaines années : « Effacer pour longtemps une loi tant attendue serait un réel camouflet pour notre secteur ».  
 

 
* Fédération Nationale des Associations de Directeurs d'Établissements et Services pour Personnes Agées. 
© Capture d'écran
© Capture d'écran



Nouveau commentaire :







ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !