Connectez-vous S'inscrire
Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD
Ehpadia, le mag

Ehpadia, un magazine, un site web et une webTV pour tout savoir sur l'actualité des EHPAD et Maisons de Retraite

Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD



Esanté

Rapport Bourquin-Aquino - Nouvelles technologies et grand âge: mieux vieillir avec le numérique?


Rédigé le Mercredi 26 Juin 2019 à 09:40

Dans le cadre de la Filière Silver Economie qu’il préside, Luc Broussy a commandé en mars dernier à Marc Bourquin, conseiller Stratégie de la FHF et Jean-Pierre Aquino, délégué général de la SFGG un rapport sur « Les innovations numériques et technologiques en gérontologie ». Outre le nécessaire renforcement des moyens et des effectifs du secteur du grand-âge, dans ce rapport présenté ce jeudi 20 juin devant le Conseil National de la Silver Economie, la FHF et la SFGG appellent les pouvoirs publics à développer massivement les nouvelles technologies au service du grand âge.


Rapport Bourquin-Aquino - Nouvelles technologies et grand âge: mieux vieillir avec le numérique?
Le constat est unanime et indiscutable l’espérance de vie ne cessant de progresser, le nombre de personnes touchées par les maladies liées à l’âge pourrait doubler tous les 20 ans. Les nouvelles technologies, qui se développent de manière extraordinaire ces dernières années et qui visent à favoriser le maintien de l’autonomie et l’optimisation de la fin de vie, s’apprêtent- elles à modifier la prise en charge du grand âge? Les innovations numériques et technologiques seraient-elle une des réponses à ce grand défi ?

Il est certain que leur déploiement suscite des questions, notamment sur un risque - réel ou supposé - de déshumanisation des soins. Dans les suites du rapport de Dominique Libault, l’étude co-rédigée par Marc Bourquin et Jean-Pierre Aquino interroge la place et le rôle des nouvelles technologies dans l’accompagnement du grand âge.

Comment donner une véritable impulsion aux technologies en gérontologie ? Comment les technologies peuvent-elles servir de catalyseur pour promouvoir les capacités de la personne ? Les technologies sont-elles une aide ou une menace pour les professionnels ? Voici les questions essentielles qui ont préfiguré et nourri la réalisation de cette enquête qui a conduit à auditionner 21 acteurs du secteur du grand âge.

10 préconisations

Les résultats de cette étude présentée ce jeudi 20 juin devant le Conseil national de la filière Silver Economie aboutissent à la formulation de 10 préconisations principales :

1/ Le déploiement des nouvelles technologies ne menace pas l’emploi et au contraire en crée, tout en accroissant le lien social.

2/ L’âge n’est pas un frein à l’usage des technologies, sous réserve de certaines conditions : les technologies peuvent servir de catalyseur pour promouvoir les capacités de la personne. Les robots ne sont pas déshumanisants, ne sont infantilisants que dans l’esprit des bien-portants et peuvent maintenir les capacités cognitives.

3/ Les technologies comme contribution à la qualité de vie des usagers et la qualité de vie au travail des professionnels.

4/ Le cercle vertueux : patients et professionnels de santé, chercheurs et enseignants, industriels et start-up, pouvoirs publics.

5/ L’impératif de la réflexion éthique : pas de nouvelles technologies sans consentement et analyse du besoin.

6/ Intégrer l’évaluation des technologies dans un centre national de preuves : les pouvoirs publics devront afficher que seuls les dispositifs assortis d’un temps d’appropriation prévu par le fournisseur pourront faire l’objet d’une aide à l’investissement.

7/ La télémédecine est un outil de non-renoncement au soin et une valorisation des métiers.

8/ La conduite du changement suppose une appropriation collective : création d’un mi-temps de référent en technologie par EHPAD de 100 lits.

9/ Les moyens dégagés dans le cadre des conférences des financeurs (140 millions d’euros) restent insuffisants et ne concernent pas les établissements.

10/ Objectif d’un plan d’investissement de 3,5 milliards d’€ sur 10 ans subventionné à 50% : un « à valoir » sur les dépenses hospitalières et les frais liés à la dépendance.
Un Rapport complet sera adressé avant la fin du mois à la Ministre des Solidarités et de la Santé ainsi qu’aux parlementaires.





L'édition d'avril 2019









ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !