Connectez-vous S'inscrire
Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD
Ehpadia, le mag

Ehpadia, un magazine, un site web et une webTV pour tout savoir sur l'actualité des EHPAD et Maisons de Retraite

Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !


Blanchisserie

Externaliser sa fonction linge sur place


Rédigé le Mercredi 20 Juin 2018 à 13:41

Prestation réalisée en interne ou externalisation, différentes solutions existent pour le traitement du linge en EHPAD. Certains prestataires proposent même une alternative à ces deux voies principales : la prise en charge de l'activité blanchisserie par des agents extérieurs au sein même des locaux de l'établissement. Ehpadia s'est intéressé à cette solution en prenant l'exemple de la résidence L'Orangerie, un EHPAD géré par l'association « Horizons Solidaires, les cheminots ont tant à partager ».



Dès son ouverture, le 30 septembre 2013, la résidence L'Orangerie, située à Ivry-sur-Seine, a opté pour l'externalisation de sa prestation linge. Si le grand plat est entièrement pris en charge en dehors de ses murs, les textiles éponge et le linge de ses 140 résidents sont pour leur part lavés sur place. « Même si nous disposions de locaux et de matériel au moment de l'ouverture de la résidence, notre budget ne prévoyait pas l'embauche de personnels dédiés, d'où le choix de faire appel à un prestataire extérieur qui oeuvrerait en interne » explique ainsi Justine Le Ponner, directrice de l'établissement.
 
L'achat du matériel nécessaire à l'équipement de la blanchisserie s'est quant à lui fait en partenariat avec l'entreprise en charge du traitement du linge. Si l'EHPAD a réglé l'intégralité de la facture, le prestataire a pour sa part orienté les achats, afin d'assurer la mise en place d'une lingerie respectueuse des normes en vigueur. Ainsi, le circuit du linge de l'EHPAD L'Orangerie peut se targuer de suivre la méthode RABC(1), qui permet  d'évaluer et de contrôler les risques de contamination biologique. Un avantage pour la directrice qui souligne que ce mode de fonctionnement « représente une responsabilité en moins, puisque nous nous déchargeons entièrement sur notre prestataire pour tout ce qui a trait aux exigences normatives et à l'évolution des protocoles spécifiques au lavage du linge en établissement médico-social ».
 

Organisation optimisée

Dès son arrivée dans l'établissement, chaque nouveau résident qui souhaite faire entretenir son linge sur place doit d'abord le faire marquer par les lingères du prestataire grâce à un étiquetage à code-barres. Il est à noter que, mis à part pour l'opération de marquage des vêtements, aucune participation financière supplémentaire n'est demandée au résident, puisque la prestation linge est incluse dans le coût à la journée. Seule contrainte, les habits traités par la lingerie doivent être à minima lavables et séchables en machine.
 
Pour les personnels de la résidence, le tri reste succinct. Lorsqu'ils récupèrent le linge, les agents n'ont qu'à séparer les textiles éponge du linge résident grâce aux deux bacs du chariot de ramassage prévus à cet effet. Le reste du tri, lié aux différents protocoles de lavage, est effectué directement par les lingères. Pour cet établissement, deux lingères, salariées du prestataire extérieur, se partagent le travail du lundi au samedi, de 8h à 17h. En dehors du lavage à strictement parlé, elles peuvent effectuer des travaux de couture, reprise de trous, ourlets, moyennant facture.
 
Chaque semaine, le responsable de secteur de l'entreprise dont dépendent les lingères se rend dans l'EHPAD pour faire le point sur la prestation. « Cela nous a permis de procéder à quelques ajustements au moment de la mise en place du système. Nous avons ainsi demandé à avoir une lingère le samedi, ce qui n'était pas le cas précédemment » explique Justine Le Ponner. De même, il aura fallu une année de tâtonnements pour assurer une organisation logistique optimisée, notamment pour les horaires de ramassage des chariots. 
 

Avantages à l'usage

Pour la directrice de la résidence L'Orangerie, le principal avantage de cette solution repose sur la plus grande maîtrise des pertes de vêtements, ces derniers ne sortant pas de l'établissement. De plus, grâce au marquage par code-barres, la traçabilité des habits et de leurs lavages est enregistrée dans le logiciel du prestataire. De quoi simplifier les recherches en cas de pertes, mais également de connaître le trousseau de chaque résident et donc d'évaluer les besoins, voire éventuellement, de prouver aux familles qui le demandent que leur parent est bien changé régulièrement. A terme, la directrice de l'établissement souhaiterait même aller plus loin dans cette démarche de traçabilité et réfléchit pour cela à la mise en place d'un système de marquage par puces RFID.
 
L'autre avantage non négligeable d'une prestation réalisée en interne est le gain de temps. « Si nous voyons que nous manquons de serviettes éponge pour une raison quelconque, nous pouvons demander aux lingères de nous en laver. Nous gagnons beaucoup de temps sur les transports, sans oublier le gain financier que cela permet en comparaison avec une prestation entièrement externalisée » avance Justine Le Ponner. De même, le fait de disposer d'une lingerie opérationnelle sur place offre la possibilité de traiter du linge en dehors du temps de travail des lingères, soit le dimanche et la nuit dans le cas présent. « Comme nos personnels sont formés aux protocoles de lavage, nous pouvons assurer les urgences » poursuit la directrice.
 
Du côté de la prestation, rien à redire non plus. « Mis à part quelques accrocs sur des linges fragiles, la qualité de la prestation est au rendez-vous » précise-t-elle. Et si par malheur un habit venait à être abîmé par la faute du prestataire, celui-ci prend à sa charge les éventuelles réparations ou son rachat. Pour conclure, rien ne prédispose l'établissement à changer de mode de fonctionnement pour le moment. Et dans l'avenir, seules des considérations économiques pourraient, a priori, décider la direction à gérer sa fonction linge en interne.
 
1 - Pour Risk Analysis Bio-contamination Control

Cet article à été publié dans le numéro 11 du magazine Ehpadia à consulter en intégralité ici



 



Nouveau commentaire :




L'édition d'octobre 2018

Les articles les plus lus du mois







ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !