Connectez-vous S'inscrire
Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD
Ehpadia, le mag

Ehpadia, un magazine, un site web et une webTV pour tout savoir sur l'actualité des EHPAD et Maisons de Retraite

Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !


Confort de vie

L'ostéopathie, pour bien vieillir


Rédigé le Mercredi 22 Mars 2017 à 15:12


Comme toute thérapie naturelle, l’ostéopathie repose sur une approche globale. Elle prend en compte l’intégralité de la personne, de l’environnement, de l’origine des troubles.

 

Elle se retrouve, de ce fait, en complète osmose avec les attentes de la société et en phase avec l’évolution du paysage de la santé. Elle se positionne comme une thérapeutique complémentaire aux différentes branches médicales.

 

La démarche ostéopathique observe, interroge et diagnostique avant de traiter. Elle recherche la technique la mieux adaptée et la plus confortable pour chaque patient, en fonction de son âge, de sa morphologie et de la zone du corps à corriger.

 

Elle se décline sur une technique exclusivement manuelle et s’adresse donc à tous : nourrisson, enfant, adulte, personne âgée.

 

L’ostéopathie est une pratique responsable qui oeuvre dans le respect de principes éthiques. Elle s’appuie sur une approche systémique du corps humain et notamment sur l’interdépendance des liens anatomiques, physiologiques, biomécaniques, neurologiques et vasculaires.

 

Un concept qui permet de traiter le système orthopédique, locomoteur, neurologique, digestif, ORL, pulmonaire, les états dépressifs et les séquelles traumatiques.

 

Avec plus de 750 000 nouveaux patients par an, l’ostéopathie est en plein essor et bénéficie d’une image très positive : 88 % des Français font confiance aux ostéopathes pour les soulager en toute sécurité. Un taux de satisfaction qui monte à 94 % chez les patients qui ont consulté dans les cinq dernières années.

 

En Europe, huit pays (Grande-Bretagne, Irlande, Belgique, Suisse, Finlande, Pays-Bas, Islande, France, Monaco) ont règlementé la profession. En France, la formation, la pratique et l’agrément des écoles sont soumis à de nouvelles règles depuis 2014.


Au fil du temps, le corps humain subit des transformations qui diminuent progressivement l’ensemble des fonctions. La perception des sens et la coordination des membres ont notamment tendance à s’amenuiser.

 

Pour accompagner ces mutations du corps, l’ostéopathie s’adapte aux étapes du vieillissement et à l’état de santé des patients.

 

La prévention primaire permet de maintenir en forme et en bonne santé. Des séances régulières préviennent la dégénérescence tissulaire et l’apparition de troubles fonctionnels. Elles redonnent au corps souplesse et équilibre.

 

La prévention secondaire soigne les troubles fonctionnels liés à un traumatisme corporel. Elle limite, voire arrête, la propagation des maux sur d’autres parties du corps. L’intervention de l’ostéopathe normalise les aléas traumatiques articulaires, freine les impacts infectieux et maintient la mobilité viscérale.

 

La prévention tertiaire minimise la pathologie d'un patient déjà malade pour diminuer son invalidité. L’ostéopathe cherche à maintenir un équilibre postural aussi parfait que possible pour lutter contre les effets du vieillissement.

 

Une personne âgée peut se voir, petit à petit, privée de ses repères, de la possibilité de communiquer correctement avec son entourage, de sa capacité à marcher sans chuter. Ces actions de prévention contribuent à préserver le capital santé nécessaire pour maintenir le plus longtemps possible un patient un bon état global, physique et psychique.

 

En partenaire santé, l’ostéopathie propose une réponse de bien-être à chaque étape de la vie. Elle participe, de ce fait, à l’accompagnement du bien vieillir.

L'ostéopathie, pour bien vieillir



Nouveau commentaire :




L'édition d'octobre 2018

Les articles les plus lus du mois







ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !