Connectez-vous S'inscrire
Ehpadia, le mag Ehpadia, le mag

Ehpadia, un magazine, un site web et une webTV pour tout savoir sur l'actualité des EHPAD et Maisons de Retraite
Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD


Actu et Management

MDRS Prix seniors engagés : Maison de Famille Les Vallées


Publié le Vendredi 9 Avril 2021 à 09:37

Marathon solidaire, droits de la femme à travers le temps, confection de doudous pour le Secours Populaire, de nombreuses initiatives engagées ont séduit le jury du concours MDRS, mais c’est la résidence Maison de Famille Les Vallées qui a remporté la palme, avec son projet de rénovation de meubles. Une action originale et valorisante, mobilisant de nombreuses compétences, comme nous l’explique Axelle Olejnik, la directrice des lieux.


©DR
©DR

Axelle Olejnik, directrice de la Maison de Famille Les Vallées. ©DR
Axelle Olejnik, directrice de la Maison de Famille Les Vallées. ©DR
Pouvez-vous tout d’abord revenir sur l’origine de ce projet ?
Axelle Olejnik
: Avant l’été, et en raison du contexte sanitaire, nous étions à la recherche d’idées à mettre en place pour favoriser le lien social. C’est ainsi que nous sommes partis sur ce projet de rénovation de meubles, dans le but de les réutiliser au sein de la résidence. Il s’agissait alors d’une initiative interne à la maison. Mais comme l’idée a beaucoup plu, nous avons décidé d’aller plus loin, en revendant certains meubles au profit d’associations choisies par les résidents.

Entre le choix des meubles, le décapage, la peinture ou la décoration, il s’agit d’un projet global, qui a l’avantage de faire appel à des compétences variées…
C’est effectivement une expérience très riche, et les différents ateliers nous ont permis de travailler de façon détournée l’équilibre, la coordination, la motricité fine, la préhension, etc., mobilisant toute l’équipe du pôle thérapeutique. Par exemple, le ponçage demande un effort pour lequel il est essentiel de trouver un bon appui. Mais le bricolage a également des vertus sur les plans cognitif et émotionnel. Lorsque l’on se met à travailler de ses mains, les idées vagabondent, et à ce moment de la crise sanitaire, il était important de multiplier les supports de parole libre, pour laisser la possibilité d’évoquer les moments difficiles traversés. La psychologue est d’ailleurs intervenue pour des temps de détente entre les activités. Le travail en petits groupes a également permis de favoriser les échanges et de solliciter la mémoire des participants. Des messieurs ont ainsi évoqué leurs souvenirs de bricolage, de rénovations de maison. Les discussions sont même allées très loin, en abordant, par exemple, la place de la femme.




Nouveau commentaire :







ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !