Connectez-vous S'inscrire
Ehpadia, le mag Ehpadia, le mag

Ehpadia, un magazine, un site web et une webTV pour tout savoir sur l'actualité des EHPAD et Maisons de Retraite
Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD


Actu et Management

« La personne âgée doit être un acteur citoyen »


Publié le Mercredi 29 Septembre 2021 à 09:49
Lu 450 fois

Disposant de 35 EHPAD, sept résidences autonomies et cinq accueils de jour, la Croix Rouge française a pu compter sur ses salariés et bénévoles pour faire face à une crise sanitaire inédite. Fort de cet engagement, l’organisme milite aujourd’hui contre l’âgisme, « pour reconnaître pleinement les seniors », comme nous l’explique Johan Girard, délégué national de la filière Personnes âgées et domicile.


Johan Girard, délégué national de la  lière Personnes âgées et domicile. ©DR
Johan Girard, délégué national de la lière Personnes âgées et domicile. ©DR
Quel regard portez-vous sur l’année 2020 ?
Johan Girard : Elle aura définitivement été une année de crise. Les établissements de la Croix Rouge française ont pu y faire face grâce à l’engagement des salariés et bénévoles, qui ont montré la grande résilience dont notre organisation sait faire preuve. Pour autant, des décès et des conséquences humaines, comme la perte de lien social ou l’impossibilité de faire le deuil, sont à déplorer.

Quel bilan tirez-vous de cette période ?
Les mesures très strictes du début ont heureusement pu être adaptées mais les premiers mois de l’épidémie ont mis en lumière l’importance des enjeux éthiques sur le respect des droits et des libertés. C’est, selon moi, l’enseignement principal à tirer de cette crise : la personne âgée doit être un acteur citoyen. On ne doit pas agir ou décider à sa place. Par ailleurs, et au-delà de ce constat, la première réponse apportée, très sanitaire, montre, par ses failles, la nécessité de prendre en compte tous les aspects d’une prise en charge, certes sanitaires mais aussi psychologiques et sociaux.

Ces conclusions alimentent-elles votre vision de l’EHPAD de demain ?
Évidemment, même si des réflexions étaient déjà engagées, elles ont été accélérées par la crise. Plusieurs enjeux sont aujourd’hui évoqués, comme la fin de vie, une étape indissociable du parcours de vie et qu’il est important d’intégrer à la société. Ou encore la perte d’autonomie, qui peut être engendrée par toute rupture de parcours et rejoint, à ce titre, la question d’une meilleure coordination inter-établissements et inter-secteurs. Nous soutenons d’ailleurs ici la création de plateformes de services gérontologiques, véritables lieux de prévention, d’accompagnement et de soins, multiservices, hybrides et ouverts. Outre une meilleure fluidification des parcours, elles contribueront également à limiter la segmentation entre les différents métiers du grand âge. 

Qu’attendez-vous de 2021 et d’une possible loi Grand Âge et Autonomie ?
Si la crise sanitaire a repoussé cette loi, il faut reconnaître que la période aura aussi permis un réel éveil des consciences. Elle a montré à tous la nécessité d’accorder plus de place à nos seniors et de faire évoluer le modèle des EHPAD. Pour que cette transition fonctionne, il faut poser un cadre, des objectifs clairs, créer une offre mutualisée et revaloriser les métiers du grand âge. Dans ce domaine, une première étape, financière, a été franchie avec le Ségur de la Santé. Pourtant, le fait que les SSIAD n’aient pas été concernés montre qu’il y a encore du chemin à parcourir pour une revalorisation des professionnels, mais aussi pour améliorer la perception de ces métiers. Pour aller de l’avant et préparer la transition démographique qui s’amorce, notre société doit briser ces tabous et changer son regard sur le vieillissement.

Article publié dans le numéro de juillet d'Ehpadia à consulter ici



Nouveau commentaire :







ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !