Connectez-vous S'inscrire
Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD
Ehpadia, le mag Ehpadia, le mag
Ehpadia, un magazine, un site web et une webTV pour tout savoir sur l'actualité des EHPAD et Maisons de Retraite
Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD
Actu et Management

Vaccination obligatoire : le secteur du Grand âge s’interroge


Publié le Mercredi 7 Juillet 2021 à 10:14

Alors que les voix en faveur d’une vaccination obligatoire des soignants contre le Covid-19 se font de plus en plus entendre, les organismes représentatifs du secteur du Grand âge font eux aussi connaître leurs avis. Ainsi, si la CNDEPAH et la CNDCH soutiennent l’obligation vaccinale, l’AD-PA dit « privilégier » le recours à l’adhésion des professionnels.


Après un mois de juin qui laissait entrevoir un retour à « la vie normale », la peur d’une 4ème vague épidémique se fait aujourd’hui ressentir dans tout le pays. Les débats autour de l’obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19 n’en sont que plus forts. Si certains considèrent que « l’obligation est un échec », d’autres avancent la responsabilité et le risque infectieux pour les soignants comme pour les patients et les résidents. En effet, fortement touchés par la crise sanitaire, les EHPAD restent au centre de ce débat qui touche aussi les représentants des professions concernées.

La CNDCH et la CNDEPAH pour une vaccination obligatoire

Les organismes de représentations ont en effet affiché leurs avis en la matière. Dans un communiqué commun, la Conférence Nationale des Directeurs de Centres Hospitaliers (CNDCH) et la Conférence Nationale des Directeurs d’Etablissements pour Personnes Agées et Handicapées (CNDEPAH) prennent ainsi « publiquement position en faveur d’une obligation vaccinale contre la COVID-19 ». « La vaccination constitue aujourd’hui l’unique réel recours pour limiter le risque d’une nouvelle vague qui déstabiliserait à nouveau l’offre de soins dans son ensemble, retardant des prises en charge et impliquant de véritables pertes de chance pour les patients », rappellent les deux structures. Pour elles, « la vaccination partielle des professionnels travaillant à proximité de personnes vulnérables, aux fortes comorbidités, représente en conséquence une faille majeure dans notre dispositif que les familles peuvent légitimement ne pas comprendre ». Elles en appellent donc, dans une « logique de protection, de prévention mais aussi de cohérence », à une vaccination « dans les meilleurs délais ».

L’AD-PA privilégie l’adhésion des professionnels

Appuyant aussi sur la nécessité d’une large vaccination, l’Association des Directeurs au service des Personnes Agées (AD-PA) est néanmoins plus nuancée. Dans un communiqué, l’association dit privilégier « recourir à l'adhésion des professionnels plutôt qu’à leur stigmatisation ». « Rendre obligatoire la vaccination serait prendre le risque de renforcer encore la désaffection à l'égard des métiers du Grand Age du fait de l’âgisme de notre société, de conditions de travail déjà difficiles et de promesses d’amélioration sans cesse reportées par les pouvoirs publics depuis plus de 20 ans », ajoute l’AD-PA qui propose donc « à l'État de promouvoir et développer les messages de promotion tel que celui de l'ARS PACA ». Alertant sur l’absence de publication d’une loi Autonomie, l’association demande également un texte législatif « de sorte d’enfin améliorer les conditions d’accompagnement des personnes âgées, en établissement et à domicile, tout comme les conditions de travail des professionnels par la création, notamment, de centaines de milliers d’emplois au bénéfice de tous ».



Nouveau commentaire :