Connectez-vous S'inscrire
Ehpadia, le mag Ehpadia, le mag

Ehpadia, un magazine, un site web et une webTV pour tout savoir sur l'actualité des EHPAD et Maisons de Retraite
Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD


Pharmacie / Hygiène

Vaccins : la course au froid


Publié le Mardi 4 Mai 2021 à 09:31
Lu 302 fois

Toujours en cours, la campagne de vaccination contre l’épidémie impose un défi logistique inédit, pour veiller au respect des règles de stockage et de transport strictes de ces produits rares. Des contraintes dont se sont rapidement saisis tous les acteurs de la chaîne afin d’adapter leurs pratiques et faire face aux demandes.


©DR
©DR
Lancée depuis plusieurs mois, la campagne française de vaccination contre le Covid-19 prend progressivement de l’ampleur pour atteindre, selon les annonces du ministère des Solidarités et de la Santé, 41 millions de personnes vaccinées avant la fin de l’été 2021. Pour tenir cet objectif, l’État français attend environ 40 millions de doses du vaccin Comirnaty de BioNtech Pfizer, 30 millions de doses de Vaxzevria, le vaccin développé par AstraZeneca-Oxford, 12 millions de Moderna et quelques millions de Janssen (Johnson&Johnson) dans les prochains mois. « Il y aura juste le nombre de vaccins requis », résumait Walter Arnaud, responsable du pôle logistique du ministère des Solidarités et de la Santé lors d’un séminaire en ligne organisé le 30 mars dernier par Cémafroid. Pour les pouvoirs publics, l’objectif est donc triple : pas de pertes, ni de gaspillage ou de perte de temps. « Chaque dose doit être utilisée », ajoutait le responsable soulignant, par là même, la nécessité d’un « respect strict » de la chaîne du froid. 

Plusieurs types de conservations

Et c’est justement là que réside le nerf de la guerre. Les contraintes liées aux différents vaccins contre le Covid-19 sont en effet pour le moins complexes, en particulier pour ceux à ARN messager : le Comirnaty affiche une conservation principale de six mois entre -90°C et -60°C, tandis que le Moderna se garde sept mois entre -25°C et -15°C. Avant utilisation, tous deux sont généralement amenés à une température comprise entre 2°C et 8°C, ce qui facilite leur transport… mais diminue considérablement leur durée de conservation, qui passe à 30 jours pour le Moderna et à seulement cinq pour le Comirnaty. Pour l’un comme pour l’autre, les conditions de transport deviennent donc un enjeu primordial puisque tout flacon doit être administré au plus vite, une fois sorti de son domaine de conservation principal. Le Vaxzevria supporte quant à lui une conservation pendant six mois entre 2°C et 8°C. C’est donc celui que l’on retrouve le plus souvent dans les officines.

Les répartiteurs partie intégrante de la campagne

Les répartiteurs pharmaceutiques, qui gèrent la livraison de tous les vaccins, ont donc dû s’adapter à cette diversité de contraintes liées au stockage et à la manipulation de ces produits de santé devenus stratégiques. « Dès le mois de décembre 2020 nous nous sommes équipés pour stocker et délivrer le vaccin Pfizer », se souvient Véronique Jung, pharmacienne et responsable chez OCP répartition. Pour leur permettre d’adapter leurs livraisons aux quantités disponibles, un décret du 5 février 2021 a donc autorisé les répartiteurs à déconditionner pour prélever « le nombre de flacons nécessaires, et les placer dans un emballage étiqueté et adapté ». « Nous avons dû trouver et qualifier un dispositif d’emballage assurant un transport sans risque et une conservation optimale », poursuit Véronique Jung. Une réactivité et une flexibilité retrouvées tout au long de la chaîne logistique pour relever un défi historique.

Article publié dans le numéro de janvier d'Ehpadia à consulter ici
 






L'édition de juillet 2021



Les articles les plus lus du mois





ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !