Connectez-vous S'inscrire
Ehpadia, le mag
Ehpadia, un magazine, un site web et une webTV pour tout savoir sur l'actualité des EHPAD et Maisons de Retraite

Ehpadia, le magazine des dirigeants d'EHPAD


Actu et Management

Des pistes pour transformer et adapter les EHPAD


Rédigé le Mercredi 2 Décembre 2020 à 09:53

Accueillir de nouvelles populations en s’adaptant à leurs besoins, tout en améliorant la qualité de vie au travail et en assurant l’équilibre financier, tels sont les enjeux auxquels sont aujourd’hui confrontés les EHPAD. Pour les accompagner dans ces mutations, l’Agence Nationale d’Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) a publié un guide de la transformation mettant en avant le retour d’expérience de quinze structures. Les explications de la responsable du projet, Élisabeth Jacqueline.


Élisabeth Jacqueline,  manager à l’ANAP. ©DR
Élisabeth Jacqueline, manager à l’ANAP. ©DR
Dans quel contexte le nouveau guide de l’ANAP, Transformation de l’EHPAD – S’adapter aux nouveaux besoins des personnes âgées, a-t-il vu le jour ? 
Élisabeth Jacqueline :
Bien que la France compte presque 8 000 EHPAD, la population des personnes âgées est en constante augmentation. Les résidents se maintiennent à domicile le plus longtemps possible et arrivent en institution plus tardivement, ce qui engendre des besoins sanitaires croissants notamment pour la prise en charge des troubles cognitifs. Face à cette situation, il nous faut diversifier les modes d’accompagnement mais aussi spécialiser l’offre de soins et proposer d’autres voies entre le maintien à domicile ou l’entrée en EHPAD. Partant de ce constat, ce guide adopte une double approche : nous avons présenté quinze retours d’expérience basés sur des visites sur site, mais aussi réuni un groupe de travail associant des directeurs d’établissements, des membres du personnel, des Agences Régionales de Santé, des Départements… afin de bénéficier d’une vue large, englobant toutes les problématiques du secteur. 

Comment avez-vous sélectionné les établissements pour les retours d’expérience ? 
Nous avions lancé, il y a maintenant plus d’un an, un appel à manifestation d’intérêt auprès des EHPAD. Sur les 51 candidatures reçues, nous avons fait des choix en privilégiant les projets de transformation globale, qui impliquent aussi d’autres acteurs que l’établissement lui-même. Pour que ces retours d’expérience soient suffisamment représentatifs et s’adressent à tous, nous avons également ciblé une large variété de structures, de statuts, de situations géographiques et d’ancrages territoriaux, par exemple l’existence de liens, ou non, avec un centre hospitalier ou un CCAS. Comme pour les autres travaux de l’ANAP, l’objectif était ici de présenter des exemples reproductibles, où chacun peut se retrouver, mais qui répondent aussi à des problématiques très concrètes. 

Comment se présente cette nouvelle publication ?
Elle s’articule autour de quatre grandes parties. Nous démarrons avec un chapitre introductif, qui revient sur le contexte actuel des EHPAD et les enjeux auxquels ils sont confrontés, avant de poursuivre avec un volet méthodologique, qui comporte entre autres des éclairages sur le management. Nous avons notamment insisté ici sur la nécessité d’avoir une approche participative, avec une direction ouverte aux idées de tous et qui travaille à les mettre en musique. Expérimenter, se donner le droit à l’erreur, s’adapter et réajuster le tir… Tout cela est nécessaire afin de transformer son établissement pour le bénéfice de tous. Après un chapitre sur les dynamiques observées, nous avons, enfin, mis en lumière les différentes démarches de transformation sous forme de sept fiches pratiques, agrémentées d’exemples issus des quinze établissements retenus mais aussi des autres structures présentes dans le groupe de travail. 

Les EHPAD ont souvent du mal pour recruter et surtout fidéliser leurs personnels. Avez-vous pu identifier ici des leviers particuliers ?
Nous avons en effet retenu plusieurs pistes qui, pour beaucoup, relèvent du bon sens. L’organisation du travail en binômes ou la création de nouveaux postes tels que gouvernante, par exemple, se développent et permettent de mieux articuler les activités d’hébergement et celles des soins, avec souvent un impact notable sur la qualité de vie au travail. Certains EHPAD s’associent pour mettre en œuvre une offre de formation commune, ce qui permet là aussi de fidéliser les équipes. Dans la même veine, des établissements ont décidé d’adhérer à des Groupements d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification (GEIQ) et contribuent ainsi à former des personnels à l’échelle de leur territoire.
Au-delà de toutes ces démarches, il faut garder à l’esprit qu’un EHPAD est un lieu de vie où l’on soigne. L’établissement doit donc à la fois s’ouvrir vers l’extérieur, communiquer sur ses actions, mais aussi et surtout impliquer tous ses acteurs, y compris les résidents eux-mêmes. Dans les Landes, l’EHPAD L’Orée des Pins associe les résidents qui le souhaitent – et le peuvent – aux tâches quotidiennes. Le temps libéré a permis aux équipes de développer de nouvelles activités, comme la tenue d’un bar pour les cyclistes de passage. De telles initiatives bénéficient donc à tous, en premier lieu aux résidents mais également au personnel, naturellement plus impliqué et fidèle. 

Sur un autre registre, vous évoquez également des alternatives à un hébergement permanent en EHPAD. Lesquelles ?
Citons notamment la création d’un accueil de jour ou de nuit, la mise en œuvre de moments « de répit » destinés aux aidants, de séjours de transition post-hospitalisation avant retour à domicile ou même de Pôles d’Activité et de Soins Adaptés (PASA). Ce sont d’ailleurs autant de moments propices à un contact entre l’EHPAD et un futur résident qui, en prenant part à la vie de l’établissement et en côtoyant ses professionnels avant d’y vivre, sera de fait moins angoissé lors de l’emménagement. Pour les établissements ayant testé ces approches, la principale difficulté est d’arriver à remplir les places. Mais cela peut être réglé par la mise en place d’un calendrier en ligne – les aidants peuvent alors rapidement connaître les disponibilités éventuelles et agir en conséquence. 

Cette dernière publication de l’ANAP a été rédigée avant la crise sanitaire. Pensez-vous que la situation a engendré de nouveaux enjeux ? Ou peut-être de nouvelles réponses, notamment en matière de financement ? 
Oui et non. Tout ce qui est indiqué dans ce guide peut également s’appliquer dans un contexte de crise sanitaire. Ces derniers mois le manque de personnel s’est accru, et la nécessité de renforcer les prises en charge et diversifier les modalités d’accompagnement des résidents est apparue de manière évidente. Face à cette situation difficile, les établissements se sont adaptés en nouant des liens plus étroits avec d’autres acteurs de la chaîne sanitaire, des professionnels de santé, des EHPAD ou des organismes territoriaux en charge du maintien à domicile. Mais si ces coopérations ont été amplifiées par la crise, elles existaient déjà auparavant. En remettant en lumière des enjeux souvent connus, le récent épisode épidémique a donc surtout agi comme un accélérateur pour justement initier la transformation des EHPAD. 



Article publié sur le numéro d'octobre d'Ehpadia à consulter ici
 



Nouveau commentaire :







ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !